12.png
17.png

« Les laques de brésil »  

 

Lors d'une précédente étude spectrophotométrique portant sur les enluminures d'un manuscrit du XVe siècle attribué au Maître de Boucicaut, nous avions identifié un colorant rouge utilisé en laque qui ne correspondait pas à ceux le plus couramment cités par les chercheurs. Sous le nom de 'brésil', il était pourtant bien attesté dans les recueils de recettes du Moyen Age. Les recettes de brésil données dans ces recueils varient, tant par les procédés de fabrication que par les ingrédients mentionnés. En nous inspirant de quelques-unes d'entre elles, nous avons entrepris la fabrication en laboratoire de différents échantillons de laques de brésil. Chaque laque, appliquée en glacis ou en couche opaque, a été soumise à une batterie de mesures afin de juger de l'influence des divers constituants sur les données spectrales et colorimétriques. Ces mesures ont été comparées avec de nouvelles mesures sur les enluminures d'un manuscrit conservé à la bibliothèque municipale de Châteauroux qui nous donnait l'occasion d'étendre le champ de l'étude à deux autres enlumineurs de la même période, le Maître de Bedford et le Maître d'Orose. Nos résultats indiquent que tous employaient le brésil. Notre étude atteste ainsi de l'importance de ce colorant dans les ateliers parisiens des années 1400-1420. [...]

 

P. Roger, I. Villela-Petit et S. Vandroy, « Les laques de brésil dans l'enluminure médiévale : reconstitution à partir de recettes anciennes », dans Studies in Conservation, t. 48, n° 3, 2003, p. 155-170.

Voir aussi : « Brésil et autres rouges : dix recettes de laque médiévales »

« Brésil et autres rouges »  

 

Moins connus que les rouges de garance, ceux à base de bois de brésil, de gomme-laque et de kermès sont pourtant mentionnés bien plus fréquemment dans les réceptaires de la fin du Moyen-Age. Une approche sérielle et comparative d'une dizaine de recettes de laque rouge tirées des Libri colorum permet de mieux appréhender les données-types fournies par les textes techniques de ce genre et d'en saisir à la fois les constantes et la diversité multiforme, dans l'attente d'une confrontation avec les analyses physico-chimiques.

 

Less known than the red colours made from madder, those from brazil wood, gum-lac and kermes were nonetheless more frequentely mentioned in the late medieval treatises. A comparative study of a tenth of red lake recipes taken from the Libri colorum makes possible a better comprehension of the typical datas of technical texts of the kind : it is the way to detect the unchanged and the changing elements, before any confrontation with the results of chimical analyses.

 

I. Villela-Petit, « Brésil et autres rouges : dix recettes de laque médiévales », dans Technè - Revue du Laboratoire de Recherche des Musées de France, n°4 : La couleur et ses pigments, 1996, p.68-73.

 

Voir aussi : « Les laques de brésil dans l'enluminure médiévale : reconstitution à partir de recettes anciennes »