Souvenir d’un retable ancien

 
L’inventaire après décès d’un potier d’étain parisien du début du XVIIIe siècle comporte parmi ses biens meubles la mention exceptionnelle d’un tableau sur bois daté du Moyen Age. La description permet d’y reconnaître un retable avec des donateurs. Le domicile de l’artisan dans les dépendances de l’église disparue du Petit-Saint-Antoine à Paris laisse penser que l’œuvre en provenait. Il pourrait s’agir d’un retable destiné à l’ancienne chapelle du chevet, offert aux premiers temps de la commanderie parisienne de l’ordre hospitalier de Saint-Antoine de Viennois, au début du règne de Charles VI. En 1407, cette chapelle du chevet cachée derrière le retable du grand autel fut dévolue à l’usage exclusif du collège des hérauts d’armes français qui y obtinrent le droit de sépulture. Les remaniements subis par l’église aux XVIIe et XVIIIe siècles firent peu à peu disparaître ou remiser une partie du mobilier liturgique.

 

I. Villela-Petit, « Souvenir d’un retable ancien en l’église du Petit-Saint-Antoine à Paris », dans les mélanges Materiam superabat opus : Hommage à Alain Erlande-Brandenburg, sous la direction de A. Bos, X. Dectot, J.M. Leniaud et Ph. Plagnieux, Paris, 2006, p. 184-197.

RMN - ISBN : 2-7118-5023-4