Les Belles Heures du duc de Berry.png

Les Belles Heures du duc de Berry

 

La carrière fulgurante des frères de Limbourg s’inscrit entre deux œuvres considérables, la Bible moralisée de Philippe le Hardi (datée de 1402-1404) et les Très Riches Heures de Jean de Berry (vers 1412-1416), qui ont en commun d’être restées inachevées. La première est l’œuvre de leurs 15 ans ; avec l’autre ils atteignent à peine la trentaine, mais entre-temps leur art a connu une maturation, un épanouissement, un enhardissement aussi, remarquables. A mi-chemin, les Belles Heures, seul chef-d’œuvre mené à complétude, tiennent de l’une et annoncent l’autre. [...]

 

I. Villela-Petit, « La Bible historiale (sic) et les Très Riches Heures », dans Les Belles Heures de Jean de Berry, catalogue d’exposition sous la direction de H. Grollemund et P. Torres (Paris, Musée du Louvre, avril-juin 2012), Paris, 2012, p. 366-371.

Somogy - Musée du Louvre - ISBN : 978-2-75720-508-2

 

N.B. Le titre à restituer est : « La Bible moralisée et les Très Riches Heures »

37.png

Médaille d’Héraclius   

 

L’inventaire des joyaux de Jean de Berry décrit longuement deux objets d’orfèvrerie, qu’on n’appelait pas encore médailles, acquis le 2 novembre 1402 d’Antonio Mancini, marchand florentin établi à Paris. L’un évoquait la vision de Constantin en 312 apr. J.-C. et la Fontaine de Vie, l’autre, l’empereur byzantin Héraclius et le retour de la Vraie Croix à Jérusalem en 630 après sa victoire sur les Perses [...].

 

I. Villela-Petit, dans Les Belles Heures de Jean de Berry, catalogue d’exposition sous la direction de H. Grollemund et P. Torres (Paris, Musée du Louvre, avril-juin 2012), Paris, 2012, n° 7, p. 390-391.

Somogy - Musée du Louvre - ISBN : 978-2-75720-508-2

 

Voir aussi : « La Bible moralisée et les Très Riches Heures »