L’Epître Othéa : enluminures du fr. 606

 

Le BnF, fr. 606, est le manuscrit éponyme d’un enlumineur original et mystérieux dont l’essentiel de la carrière parisienne, ou du moins le peu qu’on en connaît, semble avoir été au service de Christine de Pizan. S’il doit son nom à l’Epître Othéa, il n’est pas le premier enlumineur de ce texte rédigé dès 1400. Le manuscrit de dédicace à Louis d’Orléans (BnF, fr. 848) fut en effet illustré de quelques belles grisailles par un enlumineur que nous avons baptisé « Maître de la première Epître ». Mais c’est avec l’insertion d’une nouvelle version du texte dans le recueil de ses œuvres que Christine destinait initialement au duc d’Orléans que son illustration va prendre une tout autre ampleur. Outre la scène traditionnelle de la remise du livre à son destinataire illustrant le prologue, chacun des cent chapitres de l’Epître y est en effet doté d’une image, faisant du fr. 606 un manuscrit richement illustré. Le Maître de l’Epître Othéa sera le principal artiste de ce cycle long voulu et conçu par Christine de Pizan. [...]

 

I. Villela-Petit, « L’Epître des ducs : les enluminures du fr. 606 », dans Art de l’enluminure, n° 51, décembre 2014 - février 2015, p. 12-65.