« La burette de Charles VI »   

 

En matière d’art médiéval, les collections du Cabinet des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France sont célèbres pour leur chefs-d’œuvre à la fois historiques et symboliques, tels que le mobilier de la tombe de Childéric, le trône de Dagobert, les pièces d’échecs dites de Charlemagne ou encore le bâton cantoral de la Sainte-Chapelle, tous trésors en exposition permanente au musée. Dans les réserves cependant, en dehors des collections numismatiques, l’art médiéval reste peu représenté en nombre en comparaison de l’art antique. Il y a pourtant des découvertes à faire, comme la burette ici sortie de l’anonymat, passée inaperçue depuis au moins deux siècles. Quelle ne fut pas en effet ma surprise, vers la Noël 2005, d’y découvrir une devise que je connaissais bien pour y avoir consacré un article dans la revue Scriptorium quelques années plus tôt. D’aspect noirâtre, recouvert de la poussière des ans, éventré, ce petit récipient de cuivre ne payait pas de mine...

 

I. Villela-Petit, « La burette de Charles VI au Cabinet des Médailles », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, Paris, 2008 (2015), p. 186-202.