« Mandement de Dieu, lettres du diable »  

 

Plusieurs textes littéraires du XIVe siècle sont construits comme des chartes fictives, notamment certaines ballades d’Eustache Deschamps et des passages des Livres du roi Modus et de la reine Ratio d’Henri de Ferrières. Ils décalquent le formulaire diplomatique pour un usage expressif et humoristique. Dans quelques manuscrits, le jeu mimétique est poussé plus loin puisque ces textes sont présentés sous forme de chartes peintes, scellées de leur sceau. Ce sera ici l’occasion d’étudier ces représentations de sceaux dans l’enluminure, témoins de la place du sceau dans la culture visuelle des auteurs et des artistes médiévaux ; l’occasion aussi d’examiner les informations qu’ils nous apportent sur les sigillants : Dieu et le diable !

 

I. Villela-Petit, « Mandement de Dieu, lettres du diable : Parodies littéraires et représentations de chartes fictives dans les œuvres d’Eustache Deschamps et d’Henri de Ferrières », dans M. Gil et J.L. Chassel éd., Pourquoi les Sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l'histoire de l'art, Villeneuve d’Ascq, 2011, p. 177-194.

IRHiS-Ceges - ISBN : 9-782905-637628