Un portrait de Wenceslas de Luxembourg

 

Laurent Hablot publiait récemment une étude bienvenue sur l’ordre de la Cosse de genêt, vraisemblablement fondé en 1387 par le roi Charles VI. Nous voudrions ici apporter au dossier une pièce supplémentaire, quoique postérieure à la période où le collier fut en usage. Elle est tirée d’un recueil de portraits du XVIe siècle, dit recueil Leboucq, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale d’Arras. Issu d’une famille noble de Valenciennes, Jacques Leboucq († 1573) fut héraut d’armes de Charles Quint et lieutenant de la Toison d’or sous Philippe II ; en 1559, il fut même, par intérim, le roi d’armes de cet ordre. Ses intérêts et ses talents, en partie liés à sa fonction (héraldique et généalogie), s’étendaient aussi à la peinture. Son épitaphe le dit en effet Pictor Jacobus Leboucq, imitator Apellis egregius, et en français : “ ...Car de peindre eut tel art qu’en mille et mille traits Fit les hommes revivre en ses divins portraits ”. […]

 

I. Villela-Petit, « Un portrait de Wenceslas de Luxembourg, nouvelle occurrence de la cosse de genêt », dans la Revue française d'héraldique et de sigillographie, t. 71-72, 2001-2002 (2004), p. 160-163.